Accueil / Gestion des ressources humaines / Le recours aux freelances : avantages et points d’attention

Le recours aux freelances : avantages et points d’attention

Le recours aux freelances : avantages et points d’attention

Faire appel à des freelances est un moyen de pallier les difficultés de recrutement de profils IT et digitaux que les entreprises s’arrachent. Pour que cette collaboration se passe bien, l’employeur client doit savoir donner un cadre et s’adapter.

Le recours aux freelances est une solution ponctuelle de recrutement de profils IT et digitaux. Ce serait même l’assurance de recruter les meilleurs dans leur domaine.

Les freelances de l’IT, des pros à la pointe de l’état de l’art

C’est l’avis d’Hélène Palluau, responsable sourcing chez Malt (anciennement Hopwork), plateforme de freelancing leader en France. « Les freelances de l’IT sont à la pointe des technologies, tandis que les salarié·es travaillent sur les technos selon les besoins et les projets de l’entreprise. Le fait d’être mieux payé·e en moins de temps permet aux freelances de dégager du temps pour se former en permanence », explique-t-elle. Dans le domaine IT où les langages et technologies évoluent sans cesse, l’autoformation continue est en effet essentielle pour lutter contre l’obsolescence des compétences.

La liberté de choisir ses missions, un gage d’engagement des freelances

Les freelances sont libres, notamment de choisir leurs missions. De ce fait, ils·elles sont particulièrement impliqué·es et motivé·es, ce qui limite le risque de départ, au démarrage ou en cours de mission.

Flexibilité et adaptabilité des compétences

Les entreprises, qui connaissent des changements nombreux, font appel aux freelances sur des sujets spécifiques. « Elles peuvent ainsi, sur un même budget et en fonction de leur besoin immédiat, avoir recours à des professionnel·les aux compétences différentes », poursuit notre interlocutrice. De plus, le changement faisant partie intégrante de la vie des freelances, il n’est pas dans leurs habitudes de rester dans leur zone de confort. En se risquant régulièrement en terrain nouveau, ils·elles apportent à l’entreprise un regard neuf et des idées innovantes.

Une expertise en phase avec les réalités de l’entreprise

Dans les métiers de la Tech, les freelances sont aussi des entrepreneur·euses. Ils·elles ont donc le sens de la gestion au sens large, le sens du service et la compréhension des besoins d’une entreprise. « Leur expertise n’est pas coupée des réalités de l’entreprise », observe Hélène Palluau.

Ces avantages ne doivent pas faire oublier que les freelances, naturellement très indépendant·es, sont difficile à fidéliser — l’impact sur la pérennité des compétences n’est donc pas négligeable. Chez celles et ceux qui travaillent en home office, le sentiment d’appartenance et le partage des valeurs de l’entreprise peuvent être absents. Tracer leurs actions peut être difficile, mais pas plus qu’avec des salarié·es qui n’assureraient pas le suivi de leurs dossiers en leur absence.

L’intégration des freelances, un point sensible

« L’implication des freelances peut avoir des limites si l’entreprise les considère plus comme des prestataires que des partenaires, si elle les exclut du collectif », pointe Hélène Palluau. La façon dont on les intègre est donc cruciale, comme avec n’importe quelle nouvelle recrue d’ailleurs. Il faut en outre leur donner les moyens matériels de réaliser leur mission, régler en premier lieu tout ce qui a trait aux accès.

Cadrer précisément la mission

Un·e freelance intervient dans le cadre d’une mission précise. Pour éviter les litiges et les insatisfactions, il est nécessaire de cadrer dès le début l’objectif et les conditions de la mission, notamment de rémunération. « Un bon profil indépendant se remarque aussi au fait qu’il négocie les conditions de sa mission et demande des précisions sur son cadre », signale notre interlocutrice.

Adapter le processus de recrutement

Attirer les meilleur·es freelances demande de les intéresser. Et les engager, d’adapter le processus de recrutement en privilégiant les entretiens avec les opérationnel·les. « La réactivité est de mise avec les bons profils, les prises de décisions doivent être rapides, dans le cas contraire, ils·elles peuvent ne plus être disponibles », souligne Hélène Palluau.

Faire preuve de clarté et de réactivité, voilà un principe d’employeur applicable à tous types de talents, les talents externes comme on peut désigner les freelances aujourd’hui, comme ceux qui rejoindront plus ou moins durablement l’entreprise en tant que salarié·es.

Sophie Girardeau

Publié le 26 octobre 2020.