Accueil / Marché de l'emploi / Actualités de l'emploi / La RSE à l’honneur lors des Grands Prix Monster Innovation

La RSE à l’honneur lors des Grands Prix Monster Innovation

La deuxième édition des Grands Prix Monster Innovation a été l’occasion de récompenser des actions d’entreprises en matière d’empreinte RSE, de diversité et d’inclusion, et de qualité de vie au travail.

Jeudi 10 octobre 2019, La Gaité Lyrique accueillait la cérémonie de remise des Grands Prix Monster Innovation. Le choix de ce lieu, carrefour des arts et des technologies, n’a rien du hasard comme le souligne Guillaume Pontnau, directeur commercial de Monster France : « Un lieu qui nous ressemble, historique, ancien mais pas vieux. Un lieu qu’Iggy Pop a choisi pour son concert du samedi 12 octobre, rock’n roll comme nous. »

Innovations technologiques, sociales et sociétales

L’innovation technologique est au cœur des activités de Monster (lancement de l’offre Monster Studios en mai dernier, et en juillet, de la nouvelle base de CV, SearchMonster, avec en option à venir, la possibilité d’envoi de SMS aux candidat·es, évolution de la plateforme Monster), mais l’entreprise se sert aussi de sa position de média pour faire connaître d’autres formes d’innovation. C’est pour cette raison qu’elles sont mises à l’honneur pour la deuxième année consécutive par ce pionnier du web.
« Monster Innovation est une opération qui nous tient à cœur. Après l’égalité femmes/hommes en 2018, elle a la RSE pour thème cette année », précise Cédric Gérard, directeur marketing Europe du Sud chez Monster. Les organisations participantes avaient le choix des catégories : Empreinte RSE de l’entreprise, Diversité et inclusion, Qualité de vie au travail (QVT). Sur la quarantaine de dossiers reçus, seize ont été choisis au terme d’une sélection difficile. Tous ont été rassemblés dans un livre blanc téléchargeable ici.

Grands Prix Empreinte RSE de l’entreprise

Sujet de préoccupation des entreprises, l’empreinte RSE est aussi « un vrai sujet pour les candidat·es qui veulent trouver des employeurs correspondant à leurs valeurs », rappelle Cédric Gérard.
Dans cette catégorie, cinq projets ont été sélectionnés :

  • Idealday, d’Edenred ;
  • Le démonstrateur d’agriculture urbaine du Crédit Agricole Immobilier ;
  • Le programme « Responsable et engagé » de Bouygues Énergies et Services ;
  • L’offre social business Coup de pouce Livebox d’Orange ;
  • Le programme Criteo Cares de Criteo.

Et trois récompensés : « Responsable et engagé » (Bouygues Énergies et Services) ; Criteo Cares (Criteo) et Idealday (Edenred).

L’alignement entre le projet et le métier de l’entreprise était le point commun de ces dossiers. « Nombre d’entre eux avaient un dispositif de communication associé, c‘est bien d’agir et de le faire savoir », remarque Benoît Désveaux, directeur général associé et membre du directoire chez Hopscotch Global PR Group. Sujet traité par temps de crise autrefois, la RSE est intégrée comme enjeu des entreprises depuis le début des années 2000. La période actuelle, où les entreprises se font certifier, est marquée par les indicateurs. « L’étape ultime, c’est quand la stratégie RSE fait partie intégrante de la stratégie de l’entreprise, la loi Pacte va dans ce sens », ajoute-t-il.

Grands Prix Diversité et inclusion

Dans ce haut lieu de diversité culturelle, Daphné Lepers, manager du pôle Corporate chez Monster, et Stéphane Rivière, fondateur de Talentéo, sont à présent sur scène pour évoquer des célébrités et grands événements qui les ont précédé·es : Offenbach, les Ballets russes, les 70 ans de Victor Hugo… Plus récemment, Patrice Chéreau, Bob Wilson, Tom Yorke, Phoenix… Mais qu’est-ce que la diversité en entreprise ? Qu’est-ce que l’inclusion ? Ce qui est considéré comme différent, comment l’intégrer au lieu de le rejeter ?
Des réponses se trouvent dans les dossiers sélectionnés :

  • « Le handicap n’est qu’une question de regard », d’April ;
  • Trois actions d’Assystem pour démythifier le handicap ;
  • « En route vers l’innovation solidaire », de Domitys ;
  • Le dispositif de CGI en matière d’emploi et de handicap qui mise sur l’engagement conjoint ;
  • Pride@Page, de PageGroup ;
  • Le Centre Être et Handicap (CEH), de Siemens France.

Les lauréats étant Assystem, PageGroup et Siemens France.

En matière de diversité et d’inclusion, les entreprises ont entre autres enjeux de « faire en sorte que les candidat·es croient à leurs messages », remarque Daphné Lepers. Pour ce faire, Stéphane Rivière rappelle qu’il faut « dépasser l’incantation de l’inclusion et incarner le message ».

Grands Prix Qualité de vie au travail

Qu’attendre d’une démarche de qualité de vie au travail ? Plus de performance. Comme l’observe Vincent Binetruy, directeur France de Top Employers Institute, « tous les employeurs qui investissent dans la QVT ont des résultats économiques et boursiers plus importants que les autres. Souvent, un·e collaborateur·trice performant·e est un·e collaborateur·trice heureux·se, il s’agit donc de mettre en place les conditions de la performance ». La démarche ne doit pas être vue comme un outil de communication pour pallier des manquements managériaux. « Elle nécessite la mise en place de critères et d’outils de mesure, comme les enquêtes et les baromètres. Les résultats permettent de créer des plans d’action », note Nelly Rey, DRH de Monster France.

Dans cette catégorie, les dossiers suivants ont été sélectionnés :

  • Celui d’Aktisea qui gamifie ses méthodes de management ;
  • Les Knowledge Up Programs de Devoteam ;
  • Celui d’ING Bank qui voit la qualité de vie au travail comme un vecteur de performance ;
  • Detox Mail de Nespresso ;
  • L’expérience collaborateur·trice unique proposée par PwC.

Et trois ont été récompensés, ceux d’Aktisea, de Nespresso et de PwC.

Quant au Prix du public, il a été décerné à Bouygues Énergies et Services.

Sophie Girardeau