Accueil / Marché de l'emploi / Actualités de l'emploi / La marque employeur et l’innovation managériale sont liées pour Jean Prévost

La marque employeur et l’innovation managériale sont liées pour Jean Prévost

La marque employeur et l’innovation managériale sont liées pour Jean Prévost

Une marque employeur n’est authentique que si elle reflète le quotidien des collaborateurs. Un quotidien où doit primer l’autonomie et la responsabilisation nous explique Jean Prevost, en charge des ressources humaines, de la communication et de la qualité au sein d’AXA Banque.

 

La marque employeur et l’innovation managériale sont liées AXA Banque, une banque dans un monde d'assureurs ?
Effectivement, c'est la banque des clients d'AXA. Nous fonctionnons comme une banque en ligne (nous avons acheté la première banque en ligne, Banque Directe, dans les années 2000) tout en nous appuyant aussi sur le réseau d’Agents généraux AXA.
Nous sommes actuellement 700 collaborateurs pour servir plus de 700 000 clients.
 En 2015, nous avons recruté près de 100 CDI, ce qui est beaucoup par rapport à notre taille.
 
Comment définiriez-vous votre marque employeur ?
En 2015, nous avons lancé une campagne AXA Banque Inside: une mini-série de vidéos, diffusée sur les réseaux sociaux, où nos collaborateurs sont à l’honneur. Nous les encourageons à exprimer leurs talents, leurs engagements car nous pensons que notre marque employeur doit être incarnée et doit rayonner à travers leur visage. Ce n’est que comme cela qu’elle est authentique. Souvent nos collaborateurs disent que nous sommes un peu plus qu’une banque. C’est cette fierté d’appartenance que nous souhaitons mettre en avant.
 
 

 

Des collaborateurs acteurs de votre marque employeur, des collaborateurs acteurs de leur quotidien ?
Ils sont nos meilleurs ambassadeurs parce qu’ils mettent en lumière une réalité quotidienne. Nos collaborateurs attendent toujours plus d’autonomie et de responsabilisation. C’est un message très fort de leur part et c’est un sujet qui nous tient beaucoup à cœur. Nous sommes une entreprise à taille humaine dans le milieu bancaire, une structure jeune dont la moitié des collaborateurs a moins de 34 ans. Ce qui nous pousse, si c’était nécessaire, à être innovant dans nos pratiques managériales.

Nous travaillons pour revoir notre environnement de travail. Par exemple, le télétravail va être très largement déployé. Nous allons décloisonner nos espaces de travail au sens propre en créant des univers par grand secteur pour faciliter la collaboration.
 

 

 

Nous avons envie de donner de la liberté, encore faut-il que les gens la prennent.
Je suis convaincu que c’est aux équipes de s’emparer de ces sujets. Par exemple, l’autonomie est un critère que nous prenons en compte dans nos recrutements.
Au-delà de l’effet de mode concernant l’entreprise libérée, et  avant de parler de dé-hiérarchisation des structures, je crois beaucoup à la dé-hiérarchisation des comportements : avoir des managers facilitateurs, des collaborateurs à qui l’on donne de l’espace, plus de marge de manœuvre. Or cela s’apprend.
 
L’apprentissage est une succession d’essais et d’erreurs. Comment facilitez-vous cela ?

Je suis un fervent avocat du “test and learn” et du droit à l’erreur. Dans les objectifs de mes équipes, j’ai même intégré un devoir d’erreur. L’important est de ne pas répéter les mêmes erreurs et de voir quels sont les enseignements que l’on peut en tirer. C’est maintenant un sujet que l’on aborde dans nos entretiens d’évaluation pour ensuite mieux partager nos apprentissages.

Nos managers ont bien compris que les modèles managériaux ont vraiment changé. Même la notion de leadership n’est plus la même avec dorénavant une notion collaborative bien plus forte. Nous allons par exemple tester un ensemble de dispositifs concernant la reconnaissance collaborative. C’est un sujet auquel je crois beaucoup.
Nous retrouvons la  question de l’autonomie dans notre politique de développement RH qui repose avant tout sur une forte personnalisation des parcours. Nous venons par exemple d’accompagner un de nos collaborateurs dans la création de sa propre startup.
Le monde et nos collaborateurs changent. Je vois cela comme une chance, une opportunité d’’avancer et  d’évoluer. Nous sommes une RH au service du business et de la transformation culturelle des organisations.
 
 
Jean Prévost, est en charge des ressources humaines, de la communication et de la qualité au sein d’AXA Banque depuis un an. Auparavant, il a eu un parcours d’une quinzaine d’années dans l’assurance au sein d’AXA dans  des fonctions diverses de management commercial, de management de projet et dans la gestion des sinistres.