Accueil / Marché de l'emploi / Fonction RH : 4 compétences à développer pour être plus agile

Fonction RH : 4 compétences à développer pour être plus agile

Fonction RH : 4 compétences à développer pour être plus agile

La transformation des entreprises, entamée avant le Covid et accélérée par lui, pousse chaque fonction à sortir de son périmètre. Au cœur de l’activité, les RH doivent développer de nouvelles compétences.

Repenser le bien-être au travail ; rendre les collaborateurs et collaboratrices acteurs et actrices du développement de leurs compétences ; constituer de « super équipes » ; ouvrir de nouvelles perspectives en termes de stratégie de gestion des talents ; réfléchir aux façons d’accélérer la transition vers une réorganisation du travail : telles sont les tendances RH identifiées par Deloitte dans son étude Global Human Capital Trends publiée en mars 2021. Des tendances en forme de défis pour les équipes Ressources humaines, qui demandent de renforcer des compétences « natives » de la profession (juridiques et préventives) et d’en développer de nouvelles. Une profession qui a montré depuis un an sa capacité à fonctionner en mode agile, sachant à la fois travailler à distance et en proximité avec le terrain.

1.  Des compétences en matière de design organisationnel

La priorité pour les RH est de savoir comment rendre l’organisation plus agile pour faciliter le partage d’informations et la prise de décision rapide. Il s’agit d’organiser des modes de travail mixtes qui combinent présentiel et distanciel, et donc de mener une réflexion autour de l’environnement de travail physique et virtuel. « Cela demande de mettre en place des pratiques managériales, des processus, des programmes qui favorisent une organisation hybride, et aussi, de prêter attention aux aspects culturels », observe Philippe Burger, associé en charge du Capital humain chez Deloitte France.

2.  Comprendre l’impact des transformations technologiques sur les métiers et les compétences

La transformation du travail due au boom numérique oblige depuis environ cinq ans les RH à renforcer ou à développer des capacités à travailler avec l’externe — externe à leur fonction et/ou à l’entreprise — et à intégrer la technologie. La période actuelle accentue cette nécessité. « Cela suppose de repenser la façon dont le travail va être réalisé, et de réfléchir à sa finalité pour le faire évoluer. Actuellement, aucun sujet ne se limite à une seule fonction, la RH doit savoir parler finance, informatique, marketing, etc. », pointe notre interlocuteur. Pour relever les enjeux de la transformation, les RH doivent questionner l’organisation du travail, le type de tâches d’un travail donné, et le lieu où il est réalisé, comprendre les processus industriels. Et ce afin de pouvoir gérer des populations différentes et composer avec l’innovation managériale, organisationnelle et opérationnelle.

3.  Des compétences en matière de gestion de la data

« Les compétences sont très vite obsolètes, il faut pouvoir anticiper leur évolution et la question de la gestion des données est donc de plus en plus importante », souligne Philippe Burger. Savoir utiliser les lacs de données (data lakes) et savoir comment connecter toutes les sources de données est donc capital aujourd’hui pour les RH, notamment en matière de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences).

4.  Des compétences en matière d’expérience collaborateur·trice et d’expérience candidat·e

C’était vrai avant l’arrivée du Covid, ça l’est encore plus aujourd’hui : les questions de bien-être se posant tant dans le cadre du télétravail que dans le cadre du travail sur site, la guerre des talents ne connaissant pas de trêve, les RH doivent adopter une posture empathique comme développer une certaine fibre marketing.

Sophie Girardeau

Publié le 23 mars 2021.